top of page

Tentative d'homicide à Chartres : Deux mineurs placés en garde à vue


Le mardi 26 mars 2024, aux alentours de 18h45, la police a été alertée par des témoins, signalant un homme blessé par arme blanche réfugié dans un bar de l'avenue Jehan de Beauce.
Tentative d'homicide à Chartres : Deux mineurs placés en garde à vue

Le mardi 26 mars 2024, aux alentours de 18h45, la police a été alertée par des témoins, signalant un homme blessé par arme blanche réfugié dans un bar de l'avenue Jehan de Beauce.

 

Les forces de l'ordre du commissariat de police de Chartres se sont rapidement rendues sur les lieux, tandis que le service mobile d'urgence et de réanimation (SMUR) prodiguait les premiers secours à la victime. Selon les premières constatations, la victime, un jeune homme sorti de la gare de Chartres, aurait été poursuivie par deux individus. L'un des agresseurs aurait continué la poursuite seul, portant plusieurs coups de couteau à la victime avant de rejoindre son complice et de quitter les lieux à pied.

 

Une passante a rapidement pris en charge le jeune homme blessé, l'amenant dans un bar et contactant les secours. Grièvement atteint, le pronostic vital de la victime demeure engagé, ayant reçu trois coups de couteau dont certains auraient touché ses poumons. Les détails précis sur la nature des blessures seront établis lors d'un examen médico-légal ordonné par le parquet de Chartres.

Grâce au système de vidéoprotection en place, les enquêteurs disposent d'une description détaillée des deux agresseurs présumés. Ces derniers ont rapidement été identifiés et étaient activement recherchés par les services de police. Une intervention ultérieure de la police, répondant à un autre incident impliquant deux jeunes réfugiés dans un hall d'immeuble, a permis de les appréhender. Les suspects, tous deux âgés de 16 ans et domiciliés respectivement à Lucé et à Voves, sont des lycéens déjà connus de la justice des mineurs.

 

La victime, un lycéen de 17 ans résidant à Chartres, lutte pour contre la mort. L'enquête criminelle se poursuit sous la direction du procureur de la République.


Emmanuel Senecharles


0 commentaire

Comments


bottom of page