top of page

Prison de Châteaudun : Renforcement des liens familiaux grâce à une nouvelle convention


Le 30 mai 2024, une convention a été signée entre le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) d’Eure-et-Loir, le centre de détention de Châteaudun, et l’Union Départementale des Associations Familiales (UDAF) d’Eure-et-Loir. Cette convention marque le lancement d'une initiative unique : la médiation familiale en milieu carcéral. L'objectif est simple mais ambitieux : aider les familles à maintenir et renforcer leurs liens malgré l'incarcération de l'un de leurs membres.
Signature d’une convention partenariale pour une action de médiation familiale en milieu carcéral

Prison de Châteaudun : Renforcement des liens familiaux grâce à une nouvelle convention


Le 30 mai 2024, une convention a été signée entre le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) d’Eure-et-Loir, le centre de détention de Châteaudun, et l’Union Départementale des Associations Familiales (UDAF) d’Eure-et-Loir. Cette convention marque le lancement d'une initiative unique : la médiation familiale en milieu carcéral. L'objectif est simple mais ambitieux : aider les familles à maintenir et renforcer leurs liens malgré l'incarcération de l'un de leurs membres.


La médiation familiale, bien connue dans les contextes de séparation, offre un espace pour exprimer ses émotions, gérer les conflits et trouver ensemble des solutions face à des situations difficiles. Mais qu'en est-il en prison, où les liens familiaux sont souvent mis à rude épreuve ? Les directeurs du SPIP et du centre de détention, ainsi que celui de l’UDAF, ont décidé de relever ce défi. Deux médiatrices spécialement formées proposeront leurs services tous les quinze jours au centre de détention, offrant ainsi aux détenus et à leurs familles un précieux soutien.


Le processus de Médiation

Le processus de médiation commence par un entretien d’information pour déterminer si la démarche convient à la situation de la famille concernée. Cet entretien peut avoir lieu au centre de détention pour les détenus, dans les locaux de l’UDAF ou même en visioconférence pour les proches. Une fois l'accord obtenu de chaque partie, des séances de médiation sont organisées pour explorer et élaborer des solutions acceptables pour tous.


Les témoignages des premiers participants sont éloquents. L'un des détenus a exprimé son désir de parler calmement avec sa mère en préparation de sa sortie, tandis qu'un autre a raconté son dilemme : « Chloé ne sait pas que je suis ici… je voudrais lui dire mais sa mère ne veut pas ! » La médiation leur a offert un espace sécurisé pour aborder ces sujets délicats.


Un père a pu clarifier ses priorités pour ses enfants, soulignant : « Je suis satisfait d’avoir pu dire les choses jusqu’au bout. J’ai pu être clair sur ce que je considère comme fondamental pour les enfants et moi. » Un autre témoignage poignant est celui d’un détenu qui a réussi à renouer avec ses parents : « Je leur tendais la main, mes parents me tendaient la main mais nous n’osions pas… nous ne savions pas comment se la prendre, se la redonner… »


Ces témoignages montrent que la médiation peut réellement transformer les relations familiales en milieu carcéral, offrant un espoir et une stabilité à ceux qui en ont le plus besoin. En créant un espace pour le dialogue et la compréhension, cette initiative permet aux détenus et à leurs proches de traverser ensemble l’épreuve de la détention et de préparer au mieux la réinsertion. Cette convention est un pas important vers une prise en charge plus humaine et holistique des détenus, reconnaissant l'importance du soutien familial pour leur bien-être et leur réhabilitation.

0 commentaire

Comments


bottom of page